En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités

1er Prix AMOPA Jeune Poésie pour Gizem ERTAS 3ème D

Par admin louislumiere, publié le vendredi 12 octobre 2018 09:02 - Mis à jour le vendredi 12 octobre 2018 09:02
IMG_3377.jpg
Félicitations à Gizem pour son prix remis lors d'une cérémonie à la Préfecture de Bourg en Bresse mercredi 3 octobre 2018

 


Je suis née tôt ce matin et j’arrive sans bruit

Sous des regards ahuris

Je ne me sens pas vraiment accueillie

Je ne suis pas la bienvenue ici

A six heures tout commence par la souffrance

Un « tout va bien » et tout le monde s’y tient

Mais ce sourire ne cache-t-il pas le pire ?

Sept heures déjà et me voilà dans cette épuisette

Après ces heures mon âme est mensongère

Insomnie de doutes, chemin de déroute

Bras assoiffés de sang, prisonniers d’accablement

Il est 8 heures et le mal est quotidien

Mon cœur est déchiré par ses mains

Les sentiments ne sont qu’éphémères

A neuf heures et demie mes regrets me rongent

Un semblant de bonheur, je m’écroule et je replonge

Mes sentiments me font peur :

Un « tu me manques » au passé

Je veux voir le temps s’arrêter

Dix heures. Toutes ces erreurs me rongent de l’intérieur

Remplie de rancœur, perdu est mon cœur

Mes nuits sont bercées par ces horreurs

Insomnies et plus : voici comment à petit feu je meurs

Entre mes peurs et mes pleurs

Entre la vérité et tout abandonner

Faut-il continuer de s’aimer ?

Bien trop de bâtards et de connards

Trop peu de bonnes fées pour nous aider

Dans ce monde ou même Dieu est odieux

Où même les anges prennent leur revanche

Impossible de vivre

Mieux vaut essayer de survivre

Je vis sur Terre, appelez-la « Enfer »

Il est onze heures moins le quart

Onze heures trente et si ça n’avait pas changé

Mon cœur ne serait que mélancolie et morosité

Je suis vide de sentiments

Rien de perdu et pourtant

Le manque est dominant

Une fille déchue c’est ce que j’suis à présent

La nostalgie est remontée, les souvenirs m’ont submergée

Anomalie dans l’atmosphère, mon corps a quitté la Terre

Il est midi et on m’enterre

Gizem ERTAS, 3e D 2017-2018